Suzanne Durand (Gabriel Gibeau dit Layette)

Fille d’Etienne et de Geneviève Lamare de la paroisse St-Sauveur de la ville de Montivilliers, 76290; Seine-Maritime; Haute-Normandie.

Arrivée au pays le 25 septembre 1667 sur le bateau "Le saint-Louis de Dieppe"

Elle épouse Gabriel Gibeau le 30 octobre 1667 à Québec.

Au recensement de 1681 ils étaient à la seigneurie de Lavaltrie, il avait un fusil; quatre bêtes à cornes et douze arpents mis en valeur.
 

Acte de mariage entre Gabriel Gibeau et Suzanne Durand 30 octobre 1667

Nos grands-mères ces Filles du Roy

Comme la colonie française d’Amérique de la Nouvelle-France était à ses débuts une colonie d’exploitation du commerce des fourrures, la majorité de ses habitants sont des hommes. La proportion d'hommes augmente subitement avec l'arrivée du régiment de Carignan-Salières en 1665. En 1666, on dénombre dans la colonie 719 célibataires masculins âgés de 16 à 40 ans pour seulement 45 filles célibataires des mêmes âges. De 1634 à 1663, plus de 200 filles célibataires étaient venues s'établir en Nouvelle-France (les « filles à marier »), mais ce n'est pas suffisant.

C'est le 22 septembre 1663 que, à la demande de l’intendant Jean Talon ou de Frontenac, arrivent les premières « filles du roy ». Celles qui s'établissent à Montréal sont accueillies par Marguerite Bourgeoys. En dix ans, on en comptera près d'un millier. Durant cette période, la population de la Nouvelle-France aura doublé (passant de 3 200 en 1666 à 6 700 en 16726) et l'équilibre démographique aura été rétabli.

Envoyées par le roi de France Louis XIV, ces filles avaient en général entre 15 et 30 ans. Elles venaient pour la plupart des orphelinats des villes côtières telles que Honfleur, Dieppe ou La Rochelle, des Hôpitaux généraux de Paris, des hospices où étaient gardés les pauvres, les enfants abandonnés, etc. Elles débarquaient avec une dot du roi (qui était généralement une draperie et quelques articles ménagers), qui parfois n’était même pas versée. Généralement, elles se mariaient en moins de six mois.

http://www.migrations.fr/700fillesduroy_3.htm

Anne-Marie Von Seck, est native de Hambourg, en Allemagne. Issu d'une famille noble, son père, Christian Von Seck, était capitaine de cavalerie dans les troupes impériales. Fille du roy, elle est arrivée en Nouvelle-France en 1673, à l'âge de 16 ans. Sa protectrice était la bienheureuse Marguerite Bourgeoys et Anne-Marie demeura à la métairie de la Pointe St-Charles. Elle épousa Hubert Leroux de Vitry-le-François le 20 novembre 1673 à Montréal. Son contrat de mariage avec Hubert, un marchand de fourrure et de pelleteries, fut signé en la maison des filles de la Congrégation de Notre-Dame où Anne-Marie était pensionnaire. On fait mention, dans ce contrat, de la présence de plusieurs personnes importantes de Ville-Marie, témoins au mariage.Il est à noter que son second mariage n'a pas été très heureux. Elle a obtenu une séparation de corps et de biens de Gabriel Cardinal (homme ivrogne et très violent - selon les documents judiciaires de l'époque), ce qui est alors une procédure peu courante (en 1693). Anne-Marie Von Seck est décédée le 4 décembre 1722 et fut inhumée dans le cimetière Saint-François-de-Sales de l'île Jésus.

 

 

Anne-Marie Von Seck (Hubert Leroux)

Acte de mariage entre Hubert Leroux et Anne-Marie Von Seck 31 octobre 1672

Jeanne Petit (François Séguin)

Jeanne Petit était «fille du Roi». Née vers 1644, orpheline de Sainte-Marguerite de LaRochelle, elle a franchi l'Atlantique à bord de l'ESPÉRANCE quelques mois avant son mariage avec François Seguin célébré le 31 octobre 1672. Au nombre des témoins figurent le seigneur Pierre Boucher,son épouse,Jeanne Crevier et leur fils Pierre. (Pierre Sauvé). La famille Séguin/Petit au complet compte (11 enfants) vérifiée avec PRDH. Elle est décédée le 29 mars 1733 à l'âge vénérable de 89 ans à Longueuil.
 

Acte de mariage entre François Séguin et Jeanne Petit 31 octobre 1672

Marguerite Gaillard (Louis Saucier)

Marguerite Gaillard dite Duplessis, fille de haute société, avait une dote de 200 livres. Elle est la fille de Jean-Baptiste Gaillard et de Catherine Lomelle. Elle est née vers 1637.  Veuve de Hercule Duperron, écuyer, de la paroisse Notre-Dame à Calais et de François Provost, elle épouse Louis Saucier le 12 janvier 1671 à Québec.

Acte de mariage entre Louis Saucier et Marguerite Gaillard 12 janvier 1671

C'est votre histoire

française en Amérique

Marie Damois (Léonard Faucher)

 Fille de feu Pierre et de Marie LEFEBVRE, de St-Jean d'Elbeuf, év. Évreux, en Normandie. Née vers 1649. Arrivée en 1669, apportant des biens estimés à 350 livres et un don du roi de 50 livres. Décédée le 20-12-1708 à Neuville.

Ne savait pas signer.
Mariage: le 15-10-1669, à Québec, avec Léonard FAUCHER dit St-Maurice (habitant et charpentier), né vers 1646, décédé le 15-04-1726, sachant signer. Acte  de mariage
le 05-10-1669 (Duquet). Ménage établi à Neuville. 11 enfants."

Acte de mariage entre Louis Saucier et Marguerite Gaillard 12 janvier 1671

Marie Grandin (Jean Beaudet)

Fille de feu Michel et de Marie Lejeune, de la paroisse St. Euverte /St Eubert. ville d' Orléans; Elle est arrivée à Québec le 31 juillet 1670. Marie faisait partie d'un contingent de 120 Filles du Roi, parti de La Rochelle sur le navire La Nouvelle-France. Elle a été hebergée par madame Bourdon (Anne Gasnier) dans sa maison de Quebec. Le mariage de Jean Baudet et de Marie Grandin a lieu moins de deux mois apres l’arrivée de Marie. Le contrat est signé devant le notaire Romain Becquet le 7 septembre 1670, et l'Acte de mariage est enregistré en l'église Notre-Dame de Quebec le 23 septembre. Marie Grandin apporte en dot des biens estimes à 300 livres et un don de 50 livres du Roi.

Acte de mariage entre Jean Beaudet et Marie Grandin 23 septembre 1670

Françoise Siméon (Gilles-François Dufault)

Fille de Pierre Siméon et de Marie Gervaise, de Magny-en-Vexin, 95420;

Val d'Oise; Ile-de-France .
Née vers 1646
Inhumée le 15 mai 1699 Notre-Dame de Québec

Acte de sépulture de Françoise Siméon, inhumée le 15 mai 1699 à Notre-Dame, Québec, Québec.

Anne-Élisabeth DeTarragon
(Gilles Couturier)

Fille de la Haute Société
Fille de Loup et Elisabeth de Merlin, 
Baptisée 5 mai 1652  en la paroisse Saint-Etienne de  Janville 

Eure-et-Loir, France.
Décédée avant le 05/10/1692 à St. François du Lac.

Acte de naissance de Anne-Élisabeth DeTarragon le 05 mai 1652 à St-Étienne, Janville, France